Rémunération des cadres – préconiser une approche différente – Article #1

 

EX Comp - Different Approach

Mise à jour : 12 mars 2020

Les modifications à la rémunération des cadres sont issues des résultats des négociations collectives; or, cette approche est problématique!

Cet article, le premier d’une série, a été rédigé pour mettre l’accent sur l’importance que l’APEX accorde à la rémunération des cadres, et au manque de compétitivité interne causée par la compression salariale. Un prochain article expliquera comment l’approche pour déterminer les augmentations économiques futures pourrait être améliorée tout en ayant une incidence positive sur le niveau d’effort et le coût associés à la mise en œuvre d’ajustements salariaux rétroactifs.

En ce qui a trait à la compétitivité interne, c’est souvent un défi, suivant la conclusion de chaque ronde de négociation collective, d’assurer une relativité interne raisonnablement acceptable entre les salaires de cadres et les salaires de groupes syndiqués ou hauts fonctionnaires non représentés. Une situation entraînée par un retard dans l’augmentation des salaires des cadres, a fait en sorte que certains des groupes de relève les plus importants historiquement gagnent un salaire comparable à celui des cadres de premier niveau.

Par exemple, au cours des 5 dernières années, 17,7 % de tous les postes vacants du groupe EX ont été comblés par des candidats du groupe et niveau EC-07.À la suite du règlement de leur dernière convention collective, le salaire maximum pour un EC-07 est de 126 059 $, comparativement au salaire maximum de 132 200 $ pour un EX-01. De la même façon, 11,2 % de tous les postes vacants du groupe EX ont été comblés par des candidats du groupe FI-04 au cours de la même période, qui gagnent actuellement un salaire maximum de 130 181 $. Dans ces deux exemples, le niveau de compression salariale entre le groupe de relève et le niveau EX-01 est suffisamment important pour préoccuper certains postulants. C’est aussi un sujet de préoccupation pour les cadres supérieurs qui gèrent des employés appartenant à ces groupes et niveaux dont les salaires sont semblables aux leurs. Les cadres supérieurs ont plus de responsabilités et jouissent probablement d’un équilibre travail-vie personnelle moins avantageux, d’après les déclarations de ceux-ci sur la moyenne d’heures travaillées chaque semaine.

L’APEX croit qu’une meilleure pratique de la rémunération serait d’assurer qu’il y existe une différenciation significative et da façon continue entre les salaires des cadres et des non-cadres, en commençant par actualiser les taux de rémunération en cours, qui ont été augmentés la dernière fois le 1er avril 2017 – il y a presque trois ans.

L’APEX recommande une augmentation sur trois ans (1er avril 2018 au 31 mars 2021) des taux de rémunération à l’endroit des cadres supérieurs, ce qui correspond aux augmentations annuelles négociées dans le cadre des récentes conventions collectives. Ceci laisserait le temps d’examiner de plus près la viabilité d’une nouvelle approche à l’établissement des augmentations économiques à venir pour la communauté des cadres qui entrerait en vigueur le 1er avril 2021. Cette prochaine étape sera élaborée dans une infolettre à venir de l’APEX.