Nouvelles / Cérémonie de reconnaissance des nouveaux cadres de direction de l’APEX

Message de la greffière du Conseil privé et secrétaire du Cabinet par intérim

 

Détails de l’événement

Comférencière: Greffière du Conseil privé et secrétaire du Cabinet par intérim

Event: Cérémonie de reconnaissance des nouveaux cadres de direction de l’APEX

Date and time: 17 novembre 2021- Message préenregistré le 28 octobre 2021

Location: Message préenregistrée

La greffière du Conseil privé et secrétaire du Cabinet par intérim, Janice Charette, a félicité les 839 nouveaux nouveaux cadres de direction dans la fonction publique fédérale pendant la Cérémonie de reconnaissance des nouveaux cadres de direction de l’APEX.

Introduction

Merci, Jacqueline et Daryell, pour cet accueil très chaleureux.

Avant de commencer mon allocution aujourd’hui, je tiens à préciser que je m’adresse à vous depuis le territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin Anishnaabeg. S.v.p. prenez un moment et penser au territoire sur lequel vous vous trouvez et d’où vous participez aujourd’hui, et remerciez ceux qui ont pris soins de ces terres dans le passé.

Je suis vraiment heureuse d’être avec vous pour cette célébration, même si elle est virtuelle. J’aimerais profiter de cette occasion pour souligner la retraite prochaine de Jacqueline et pour la remercier d’avoir été une dirigeante remarquable et une incroyable fonctionnaire. Jacqueline est la première femme noire et femme de couleur à diriger l’APEX, et ne sera certainement pas la dernière. Merci beaucoup, Jacqueline, pour avoir contribué tout au long de votre carrière. Vous allez nous manquer et nous vous souhaitons le meilleur.

Je voudrais maintenant vous féliciter tous, les nouveaux membres de la communauté des cadres. Cette cérémonie marque une étape importante dans l’accomplissement de votre carrière. Prenez le temps de célébrer votre réussite. Vous recevrez un certificat pour marquer ce jalon. Vous verrez que ce certificat contient une reconnaissance de votre réussite, mais aussi qu’il souligne aussi les responsabilités qui accompagnent le statut de cadre.

Il indiquera que la fonction publique du Canada place une confiance particulière en vous et en votre détermination à servir avec intégrité, à respecter les valeurs notre institution et à faire preuve de leadership et de professionnalisme. Ce n’est pas une mince affaire.

Le thème de notre séance aujourd’hui est le « pouvoir de l’occasion », et vous rejoignez les rangs des cadres de la fonction publique fédérale du Canada à un moment très opportun.

Toutes les personnes présentes aujourd’hui ont déjà fait leurs preuves en tant que dirigeants. Vous évoluez maintenant vers un différent rôle de direction. Vous serez en mesure d’influencer les personnes qui vous entourent, l’institution dans laquelle vous travaillez et le pays.

Vous aurez sans doute tous constaté que nous nous trouvons à un moment charnière. Vous rejoignez les rangs des cadres alors que la fonction publique est en train d’opérer des changements incroyables, notamment :

  • appuyer la transition en cours du nouveau gouvernement, et la nécessité d’aider ce gouvernement à mettre en œuvre son programme ambitieux pour le pays;
  • nous mettons aussi en œuvre de nouveaux certificats de vaccination dans la fonction publique, ce qui nous aidera tous ainsi que nos équipes à réintégrer le lieu de travail de manière progressive et en toute sécurité;
  • nous travaillons ensemble sur le besoin d’aller de l’avant avec l’appel à l’action sur la diversité et l’inclusion lancé par le greffier Ian Shugart, et l’important travail devant nous tous à accomplir pour la réconciliation avec les Autochtones.

Et ces défis surviennent aussi à un moment difficile. Les gens sont fatigués, après plus de 20 mois d’une pandémie mondiale qui continue de toucher les familles et les communautés du monde entier.

Cette pandémie a mis à l’épreuve nos dirigeants dans tous les domaines de l’économie et de la société. Je suis très fière que les dirigeants de l’ensemble du gouvernement aient relevé ce défi aussi bien. Ils ont fait un travail extraordinaire en répondant aux besoins opérationnels tout en s’occupant des répercussions humaines de cette crise.

Merci d’avoir accepté de diriger, d’avoir fait preuve d’adaptabilité et d’avoir été de si brillants exemples de ce qu’un leadership de qualité peut faire sous d’extrêmes pressions.

Entre autres pressions, il y a la pandémie, mais il y a aussi les contrecoups sur l’avenir économique du Canada dans un environnement mondial incertain. Notre travail dans la fonction publique consiste également à renforcer l’institution pour l’avenir. Il nous reste encore beaucoup à faire sur le chemin de la réconciliation avec les peuples autochtones. Le public attend de plus en plus que l’on s’attaque aux injustices sociales, telles que le racisme et la discrimination systémiques dans nos rangs et, de façon plus générale, dans la société canadienne.

Tout cela pour dire que le contexte dans lequel vous allez servir le public, et diriger vos équipes respectives, est intimidant. Vous avez démontré que vous avez la capacité à diriger dans une période de grands défis. Et nous savons que les périodes d’incertitude et de transformation offrent aux personnes de réelles occasions d’influencer et d’apporter des changements positifs et durables.

 

Une vision du leadership

Cela ne veut pas dire que le travail à venir sera facile, loin de là. Par exemple, le passage à des modèles de travail plus hybrides et à distance nous a obligés à remettre en question ce que nous considérons comme un bon leadership.

Les dirigeants ont dû s’adapter et changer. Certains principes fondamentaux du leadership sont les mêmes, que vous soyez dans un environnement virtuel ou physique, et que vous vous trouviez ou non dans les affres d’une pandémie. Les voici :

  • Avoir une vision de ce que vous voulez réaliser et être capable de la communiquer et de motiver et inspirer votre équipe;
  • Diriger avec humilité, être authentique et sincère, et avoir le courage de diriger et d’assumer vos décisions et vos actions;
  • Avoir le courage de sortir de votre confort intellectuel dans votre travail et d’aider d’autres personnes à faire de même.
  • Diriger avec intégrité et faire preuve d’un comportement éthique à tout moment. Vous êtes un modèle pour tous vos collègues;
  • Ne jamais oublier que le leadership concerne surtout les gens – traitez-les comme vous souhaiteriez être traité vous-mêmes.

Si diriger dans un environnement virtuel est différent, et franchement, ce n’est pas facile non plus, nous devons par ailleurs réaliser que cela peut être aussi plutôt génial. Parce que le leadership est une affaire de personnes et, aujourd’hui plus que jamais, il ne s’agit pas seulement de comprendre les gens au bureau, mais de les comprendre dans le contexte de leur vie et d’adapter votre style de leadership à la personne dans son ensemble.

Et tandis que nous réintroduisons lentement et en toute sécurité le travail sur place, la vérité est que la plupart des dirigeants continuent de dialoguer avec le personnel, les collègues et les parties prenantes à travers un seul filtre – un écran, comme nous aujourd’hui.

Le travail à distance comporte des avantages, mais il est beaucoup plus difficile d’évaluer la charge de travail et l’incidence sur la santé mentale des personnes. Ce n’est pas juste un jeu à somme nulle – en tant que dirigeants, nous devons travailler sans relâche pour équilibrer ces priorités.

Cela signifie que vous devrez peut-être faire preuve de plus de créativité pour motiver votre personnel, pour établir des liens avec lui et en tirer le meilleur parti. Les mesures d’adaptation sont essentielles pour adapter les lieux de travail aux réalités des individus, à leurs besoins et à leur situation personnelle.

 

Principes directeurs du leadership

Permettez-moi de parler un instant du leadership et de vous donner quelques conseils qui, je l’espère, vous aideront autant à gérer le moment présent et les jours et les mois qui sont à venir. J’aborderai ensuite les questions les plus pressantes auxquelles vous devez faire face en tant que dirigeants, le défi de la lutte contre le racisme systémique et la contribution à de véritables efforts de réconciliation.

La première chose que tout dirigeant doit comprendre, c’est que le leadership se résume aux relations. Aux relations entre vous et vos équipes, et entre vous et vos pairs, et entre vous et vos supérieurs. Il est donc essentiel de communiquer et d’être honnête au sujet des attentes.

Deuxièmement, vous faites partie d’une communauté. Ceci étant dit, être un dirigeant peut être un travail solitaire, mais on n’est jamais complètement seul. Vous avez des collègues, l’APEX et vous avez d’autres ressources pour les cadres auxquels vous pouvez faire appel pour obtenir des conseils et du soutien. Construisez donc votre réseau, demandez de l’aide et comptez sur l’appui de vos collègues et d’autres dirigeants plus expérimentés. Il n’y a aucune raison d’être ou de vous sentir seul.

Troisièmement, essayez vraiment de prendre en compte le point de vue d’autrui (que ces personnes soient dans votre propre équipe, d’autres spécialistes et peut-être d’un autre ministère) et évaluez honnêtement ce qui vous entoure. Ne fondez pas vos décisions uniquement sur vos propres opinions, votre formation et votre spécialisation. La pandémie a nécessité une coopération horizontale et pangouvernementale plus importante que jamais avant. Nous devons maintenir cette dynamique et nous avons maintenant les outils de le faire plus facilement étant donné le monde virtuel. Évaluer notre environnement, c’est garder à l’esprit la situation dans son ensemble.

Le contexte de la COVID-19a malheureusement obligé plusieurs dirigeants à adopter une vision à très court terme. Un dirigeant efficace doit se concentrer sur l’horizon à long terme, même s’il doit faire face aux nombreuses urgences, crises et priorités d’aujourd’hui.

Quatrièmement, il existe différents types de leadership, qui fonctionnent plus ou moins bien selon vos propres forces, la situation et les besoins de votre équipe. Pour être un dirigeant efficace, il faut réellement penser à votre propre style de leadership et ce dont votre équipe a besoin à tout moment et dans n’importe quelle situation, et comment mieux adapter votre style aux besoin de votre équipe.

Cinquièmement, continuez à innover, s.v.p.. La devise de notre renouvellement continu de la fonction publique est « agile, inclusive, équipée ». Qui aurait cru que le terme « agile » serait autant mis à l’épreuve qu’il l’a été ces quelque 20 derniers mois? Je crois que ce que nous apprenons et ce à quoi nous nous adaptons maintenant nous préparera mieux pour l’avenir. Il importe que, en tant que dirigeants, vous portiez aussi le chapeau de l’innovateur, afin que vous puissiez réellement contribuer à apporter des changements importants à nos processus et à notre technologie, ainsi qu’à d’autres domaines. N’arrêter jamais de faire de votre mieux.

 

Appel à l’action et réconciliation avec les Autochtones

La COVID-19 et le travail nécessaire pour répondre à cette menace sont survenus à un moment où un autre problème de longue date est remonté à la surface. C’est une question qui mérite notre attention et qui guidera notre travail pour les temps à venir.

Au cours de l’année écoulée, des efforts considérables ont été déployés pour mettre en place une fonction publique plus accueillante, plus inclusive et plus compétitive, en recrutant et en attirant des talents plus diversifiés et en cernant et en éliminant les obstacles à la pleine participation de tous.

Cela était attendu depuis longtemps, et les éléments moteurs ont été clairs, notamment la confirmation de l’existence de centaines de tombes d’enfants non marquées dans d’anciens pensionnats au Canada, et d’autres drames comme le meurtre de George Floyd, le meurtre d’une famille musulmane à London et ces trop nombreux cas de haine. Tous ces événements nous ont fait prendre conscience de la discrimination et du racisme qui sont malheureusement toujours une réalité vécue par beaucoup trop de peuples autochtones, les Noirs et les autres groupes racisés dans l’ensemble du Canada.

Ces événements nous ont également obligés à reconnaître le racisme systémique qui existe au sein de nos propres institutions. Depuis le lancement de l’Appel à l’action sur la diversité et l’inclusion, les ministères et les agences du système se sont employés à examiner leurs pratiques et ce qu’ils font aujourd’hui afin de mettre en évidence le racisme et les obstacles systémiques dans leur organisation et ce qu’ils font pour y remédier. En tant que hauts dirigeants et en tant que membre de la communauté des cadres, vous avez une réelle influence, vous faites maintenant partie de l’action – de l’Appel à l’action.

Vous avez une grande influence en matière d’embauche, de promotion et de recrutement de talents plus diversifiés et d’adaptation à ceux-ci, et pour ce qui est d’en tirer parti dans la conception et la mise en œuvre des politiques, des programmes et des services. J’espère que vous prendrez cette responsabilité à cœur. Discutez régulièrement avec vos équipes de l’incidence du racisme et de l’importance de la réconciliation avec les Autochtones. Chaque décision que vous prenez en qualité de dirigeant doit tenir compte de ces facteurs de quelconques façons.

Soyez conscients du pouvoir que vous avez, ainsi que de la responsabilité et de l’obligation de rendre des comptes qui en découlent. Sur cette importante question de la responsabilité, le fait est que le racisme systémique, et les obstacles qu’il a créés dans notre institution, découle des décisions et des mesures prises, il fut un temps, par des dirigeants de la fonction publique comme vous et comme moi.

Et maintenant, en tant que dirigeants de la fonction publique, nous avons la responsabilité et l’occasion de faire mieux et d’être du bon côté de l’histoire en cernant et en éliminant ces mêmes obstacles vers un Canada juste et inclusif.

La mise en place d’une fonction publique diversifiée, équitable et inclusive, une chose à laquelle nous pouvons tous aspirer, nécessite un leadership ciblé et soutenu à tous les niveaux. Dans certains cas, cela peut nécessiter un changement culturel.

En tant que dirigeants, vous avez un rôle important à jouer pour combler ces lacunes et remédier aux désavantages qui existent pour un trop grand nombre de nos employés.

Nous avons beaucoup de travail à faire à ce niveau.

C’est un travail qui compte réellement et il permettra de changer les choses. Lorsque vous passez une mauvaise journée, que vous êtes submergé de travail et sous la pression des échéances, rappelez-vous que vous contribuez à façonner l’histoire du Canada. Le travail dans lequel vous êtes impliqués a un sens et un objectif. Des livres seront écrits sur cette pandémie, sur cette époque et sur la façon dont la fonction publique canadienne a réagi. Je vous invite à réfléchir à la manière dont vous allez saisir ce moment pour faire partie de cette histoire.

 

Santé mentale

Je voudrais maintenant aborder le sujet de la santé mentale. Il est de plus en plus évident que nous avons la responsabilité, à titre de dirigeants, de créer un milieu de travail sain et respectueux, où l’on peut parler ouvertement des questions liées à la santé mentale et au mieux-être. Et bien sûr, cela commence par prendre soin de sa propre santé et de sa résilience!

Nous avons des conversations plus ouvertes sur la santé mentale à tous les niveaux et nous travaillons collectivement à éliminer la stigmatisation qui existe encore.

Au cours de cette pandémie et de tous les changements qui l’entourent, on constate une augmentation des pressions sur la santé mentale. Je suis sûre que beaucoup d’entre nous le ressentent. Et ces sentiments et pressions peuvent être aggravés par l’augmentation des responsabilités.

Cela nous rappelle que demander de l’aide n’est pas une faiblesse, c’est une force. Vous avez la responsabilité envers vous-même de profiter des aides qui sont à votre disposition si vous en avez besoin. Vous ne pouvez pas diriger si vous n’êtes pas vous-même en santé et fort.

L’épuisement professionnel existe réellement, et personne n’est invincible.

Vous devez apprendre à établir des priorités et vous rappeler que le monde continue de tourner même si un travail n’est pas fait. C’est souvent plus facile à dire qu’à faire, mais nous devons vraiment continuer d’œuvrer à la création d’une culture où les personnes passent avant le travail et les attentes constantes en matière de production.

 

Conclusion

Je sais que nous avons abordé de nombreux sujets importants durant cette cérémonie jusqu’à maintenant. Ils peuvent vous sembler comme étant des défis insurmontables et peut-être même intimidants. Mais la vérité, c’est que vous avez ce qu’il faut pour réussir, je le sais.

Vous êtes assis là où vous êtes parce que vous avez prouvé vos capacités.

Ne considérez pas cette nouvelle aventure professionnelle comme un défi, mais plutôt, tel qu’inspiré par le thème, comme une occasion. Une occasion de contribuer à un véritable changement, et pas seulement dans le cadre de votre équipe et de votre travail, mais à un changement qui peut aider à transformer l’institution dans laquelle vous travaillez, le pays et le monde qui vous entoure.

Je suis très encouragée chaque fois qu’un nouveau groupe de cadres rejoint nos rangs, car je sais que vous apportez la passion, l’innovation, l’énergie et des perspectives uniques. Et j’ai hâte de voir ce que vous allez accomplir et la culture plus positive, plus diverse et plus inclusive que vous allez contribuer à construire.

Thank you, merci et bonne chance. Je vous souhaite, à tous, le meilleur.

Follow by Email
Twitter
LinkedIn